samedi 23 janvier 2010

La Preuve par... Bond ? Pas vraiment...

For once , this article hasn't been typed in English . Since it is mainly a log of some franco-french misadventures of mine with the wonderful world of garlic French TV production companies , I figure it wouldn't really be of interest to my US, UK ...Errr , ' Rest of the World ' friends . ( But if you insist ? )

Exceptionnellement cet encart se fera non pas dans la langue de Shakespeare mais bien dans celle de Molière , plus propre à frapper les esprits hexagonaux ...Qui sait une version destinée à l'exportation verra peut-être aussi le jour ...

L'histoire de notre télèvision nationale regorge littéralement d'anecdotes qui feraient le bonheur d'un romancier ; entre les pré-projets improbables vendus au Mipcom , les annonces grandiloquentes d'achats de produits mirifiques , et les transferts en vase-clos de têtes d'affiches censées appâter la ménagère de moins de cinquante ans , les arcanes de la petite lucarne feraient passer Alexandre Dumas pour un aimable scribouillard...

Bref , avec sa carte de visite ' spécialiste ès 007 ' le créateur de ce Blog s'est retrouvé plus d'une fois embriqué dans des projets qui auraient fait verdir de terreur Ed Wood himself si il en avait connu tous les tenants et les aboutissants... Et justement , lecteurs fidèles , je m'en vais donc vous narrer une de ces dernières mésaventures ( en prenant grand soin de modifier toute identité par respect pour les organismes et individus impliqués dans l'histoire ) .

C'est donc l'histoire d'un certain Brett Sinclair , énergique journaliste / critique de Cinéma traumatisé par la vision ( trop) précoce des Diamants Sont Eternels à l'âge de 7 ans en 1971 . Au fil des années notre homme , nanti d'une jolie Maîtrise de Journalisme ( qui ne lui servît au demeurant pas à grand'chose dans le métier ) , fît ses classes à Mad Movies , Travelling, Vision , Vidéo 7 , Le Journal de Pif ,Ciné-Live, La Semaine du Charcutier ( avec Odile Deray ) avant de se servir de sa British attitude pour aller squatter les Studios de Pinewood dès 1992 et y tourner le tout premier doc inédit consacré aux coulisses de l'agent 007 sur un coup de tête finançé par Ellipse Productions , charmée par l'applomb du jeune blanc-bec ...

Il se trouve que par un hasard curieux, ces mêmes Britanniques qu'affectionne tout particulièrement notre journaliste décidèrent en 2008 sur un coup de folie de célèbrer le centenaire de la naissance d'un obscur auteur de romans de Gare ( dixit Raymond Chandler himself) , le peu connu Ian Lancaster Fleming , père du tout aussi peu connu James Bond 007 , fonctionnaire assermenté au Service Secret de Sa Majesté ...

2008 vit donc fleurir au pays du Chapeau Melon & des Bottes de Cuir une foultitude de commérations James Bond : entre les fastueuses expositions thématiques ( For Your Eyes Only à l'Imperial War Museum , Bond Bound à la galerie Fleming pour ne citer que les deux plus emblématiques ) , les inaugurations de plaques officielles , les rééditions de bouquins et enfin et surtout l'année suivante la géniale rétrospective du British Film Institute qui consacra plusieurs mois à la projection en copie neuves des 22 films officiels en présence de guests de choix ( Producteurs, réals, Sfx men, comédiens et Bond Girls ...), le James Bond Fan était aux anges .
La vague se répercuta bien sûr aux Etats-unis , qui amplifièrent le mouvement avec leur modestie coutumière ( expo officielle au Musée d'Arts Modernes de New-York...).

Et en France me direz-vous ?
En France donc, pays qu'appréciait Ian Fleming à un tel point qu'il décida de situer toute l'intrigue de son premier roman dans la ville normande fictive de...Royale-les-Eaux ( eh oui, pour les nuls : Casino Royale ne se passe donc pas en Tchechoslovaquie comme dans le film de 2006 mais bien chez les mangeurs de grenouilles ! ) ; en France donc , patrie des Arts et des Lettres ...Eh ben...Rien !

Certain journalistes bûtés essayèrent dès 2007 de convaincre des Musées de monter des rétrospectives 007 thématiques ...Mais après l'acceuil tonitruant de rigueur , l'aspect bassement financier de ce type de projet fît reculer tout ce joli monde ( et certains s'empressérent alors en lieu et place de monter une rétrospective StarWars au Musée des Sciences de la Villette . Ce qui leurs coûta effectivement sûrement beaucoup moins cher en terme de licences et de droits d'exploitations ! Bref ) .

Echaudé – mais pas rebuté ! - par ces experiences enrichissantes dans le monde de la Culture , notre journaliste donc décida de revenir à ce qu'il sait faire de mieux : courir après les Bond Girls les moins décaties et les interviewer live pour la télé ... Commença alors un autre parcours du combattant qui ferait passer le chemin de croix d'un certain J.C pour une aimable ballade dans une bourgade du Club Med' ...

Histoire de protéger ses fesses , vu qu'il aimerait bien encore travailler en Télèvision dans son pays natal, notre héros ne va pas s'épancher sur les pourtant véridiques expériences qu'il rencontra face à des décideurs et autres chargé(e)s de Production hexagonaux ...
La somme de ces anecdotes toutes plus vraies que nature pourrait donner matière à un roman satyrique consacré au système , dans la plus pure tradition d'un San Antonio ou d'un Pierre Dac aux meilleurs de leurs formes respectives...

Petit florilège quand même de certains points évoqués en rendez-vous avec productions :
- Et Ian Fleming, vous pourrez l'interviewer ?
- Filmer Sean Connery chez lui, pas de problème ! Euh, il est américain c'est ça ?
- C'est un beau projet . Il faudrait que Daniel Craig accepte de faire une voix off en Français comme fil directeur ...Et gratuitement si possible...
- C'est qui , Ian Fleming ???


Toutes ces profondes réflexions m'ont bien été faites par des responsables plus ou moins haut plaçés de boîtes de Productions télèvisuelles...
Quelle attitude adopter devant des gugusses pareils , je vous le demande ? Soit on choisit d'être diplomate façon Montand contre DeFunès dans ' La Folie Des Grandeurs ' , soit on craque et on éclate de rire .
Hélas , dans les deux cas , le pronostic vital du projet est déjà à l'agonie...

Voilà , j'arrête là mes jérèmiades qui vont finir par lasser .
D'ailleurs Max Pécas vient de m'appeller pour me dire qu'il est partant pour tourner une Bio de Fleming avec Aldo Maccione dans le rôle-titre . Problème : il ne dispose d'une villa pseudo-Jamaïcaine à la Tronche-sur-Mer que le temps d'un week-end ( la villa appartient au beau-frère du Producteur qui a des parts dans la société ) et il n'a pas eu le temps d'écrire son scénario .
Qu'à cela ne tienne : je me colle à mon traitement de texte ...
K.B.C – Janvier 2010
video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire