samedi 19 novembre 2016

Has James Bond finally met his match ( yawn ) ?

October 2015 : Spectre , the 24th official film in the series blasted on the screens worldwide .
And although not praised as much as its immediate predecessor ( at least , by 007 purists ) , the box-office financial returns were more than enough to ensure an obligatory follow-up .
Which should have started production this year ( or early 2017 at least ) for a proposed 2018 release date , except this well oiled scenario derailled along the way for several reasons .

What happened – and , more important , when exactly will the next film appear ( IF there's a next one ) ?

Reason 1 : the current 007 incarnation very own mood . Everybody read the tired ' never again ' Daniel Craig assertion during the Spectre promo campaign around the world .
The actor was understandably a bit shaken & stirred from the shooting ( having injured himself more than once during the globe-trotting scheme ) . Hence , some not very promising and stern comments about his own future as agent 007 . Ok , when you spend more than half a year on the shooting of a single one movie , fatigue can get in . Normal reaction . No reason to panic ( yet ) .
NO casting has been officially announced by Eon , nor MGM , for the part – and , if the producers do keep their words , Daniel Craig STILL is James Bond .
( Ah . But wasn't it exactly the same with dear old Tim Dalton in the early 90s ? ) .

Reason 2 : The Broccoli other Movies affair .
Meanwhile , the always hyper active Barbara Broccoli ( who already helped producing several non 007 small films and some theater plays as well ) engaged herself in 2016 in the production of ' Film Stars Don't Die in Liverpool ' ( a fictionalized version of actress Gloria Grahame 's life . Movie status is currently ending post production .
Miss Broccoli also intends to produce a stage version of The Kid Stays in the Picture about movie executive and producer Robert Evans ( the man behind Polanski's Chinatown )
( She already produced in the past the very successful version of the Ian Fleming based Musical ' Chitty chitty Bang Bang ' ) .
Meaning , of course , Bond25 could be potentially entering pre-production only by mid 2017 ( even if Eon is working permanently on new ideas and synopsises for future films )

Reason 3 : The Production Imbroglio
I don't know about you , but I always thought it was some kind of ( repetitive ) miracle the Bond films managed to get produced and issued with so many different parties involved ( Eon, MGM , the Ian Fleming Publication company , Sony or whatever other world-wide distributor .... ) .
Well it seems this time , this carefully oiled clockwork might be one of the reason the next film is in limbo for the present time .
Sony pictures – the distributor of all the latest Daniel Craig James Bond movies – was supposed to be out with Spectre . Understanbily , all major Hollywood companies were said to be on the look-out to grab the most profitable franchise of Cinema history .
And what happened so far ?

We do not have a clue ! No statement whatsoever has been released by any of those giants .
THE only comment came from MGM CEO Gary Barber who listed the Bond films series two weeks ago during a conference call for MGM investors “premium franchise titles” that “we expect to release over the next few years.” .
Uh oh , wait : ' next FEW years ' ?
Meaning : any date from 2018 till Eternity ?
That's not a very encouraging prospect indeed ...

Meanwhile , the Ian Fleming Publication estate is fretting with new projects .
Announcing Anthony Horrowitz's second Continuation novel for 2018 ( hooray ) - and licencing Ian Fleming's characters to US based Dynamite Comics company .
I'd be extremely cautious about the whereabouts of those new interpretations of 007 in Comics form – if only judging from their first venture into the field .

VARGR ( not a Swedish type insult , be assured ) , the first Dynamite installment , being a rather poor taste story of classical megalomaniac wanting to erase the human race through a deadly drug ( to be able to test his very own vaccine against it . Yes , this one sometimes seems to lightly borrow from Fleming , Gardner , and also from Eon's Bond – the alias ' Peter Franks ' does appear , as well as a Naomie Harris type Moneypenny , a John Cleese like Q , etc, etc ...
But the most disturbing thing about that Graphic novel ( the more legitimate appellation of Comic books these days ) is its extreme violence ( explosive dum dum bullets exiting from the back of the head of a bad guy , fingers sliced and cut in close ups , that sort of things ) .
The writer of this piece is not a chicken , but I felt slightly puzzled with all this blood & gore displayed at virtually each encounter between Bond and any bad guy .

It's almost as if the writers decided to try to enhance Daniel Craig's already very physical interpretation of the character – making him some sort of Charles Bronson Death Wish killing machine .
Gloomy is really about the only adjective which can describe correctly that story

Nothing is retained of the authentical Fleming mood ( and famous sweep ) , there's no characterisation and no empathy for any of the cast appearing .

Add to that some strange , sometimes almost Manga-like – drawnings and you'll sorely miss Mike Grell's unique ( if a bit crazy – but fun ) Serpent's tooth own Comics James Bond variation .
And even more the Ian Fleming inspired Daily Express newspaper 1950s strips .

Let us hope Dynamite will rectify things with their upcoming Felix Leiter creation . The very first sequel inspired by a Fleming character ...

I'm wondering if Barbara Broccoli has optionned those Dynamite titles as well ?

lundi 25 avril 2016

Du 14 au 17 Avril 2016 s'est déroulé en principauté de Monaco le traditionnel Salon du Luxe Top Marques .
Ce salon international de luxe d'exception, sous le haut patronage du prince Albert II de Monaco, se déroule sur une durée de quatre jours, au Grimaldi Forum Monaco, aux port de Monaco et de Fontvieille, avec pour slogan commercial « See it, Drive it, Buy it ! » (regardez, essayez, achetez !).
Il a lieu durant les Masters de Monte-Carlo, juste avant le Grand Prix de Monaco, pour que les acheteurs puissent profiter des préparatifs du circuit de Monaco, pour essayer les voitures exposées sur le circuit et dans les rues de la principauté .

Clin d'oeil peut-être initié par le fils du producteur Harry Saltzman, l'édition de cette année proposait une belle vitrine consacré à l'agent 007 .
Outre l' Aston DBS , un modèle de DB5 , le coupé Jaguar du vil Mr Hinx et les land-rovers des Méchants tirées du film Spectre , le public a aussi pu admirer une somptueuse reproduction au 1:50ième du modèle DB5 rendu célèbre par Sean Connery dès le film ' Goldfinger ' ...
Cerise sur le gâteau une Lotus Esprit immaculée modèle 77'  - soeur jumelle de celle pilotée par Roger Moore / James Bond dans ' L' Espion qui m' Aimait '  y fît aussi son petit effet ...

Photos copyrightées Média Bis . Merci à l'organisation du Salon .


dimanche 24 avril 2016

Guy Hamilton , le plus Francophile des réalisateurs de James Bond ..

Guy Hamilton est né en septembre 1922 à Paris de parents anglais. 

S'est éteint à Majorque ( Baléares ) le 20 avril 2016 . 

Il entre dans les milieux du cinéma aux studios de La Victorine à Nice, en 1939, comme assistant-réalisateur de Julien Duvivier pour “Untel Père et Fils”. Il gardera toujours un attachement certain à la côte d' Azur ( en revenant notamment y tourner le pré-générique des Diamants Sont eternels en 1971 ) Puis il regagne Londres en 1940 où il travaille quelque temps comme monteur aux actualités Paramount avant d’être mobilisé dans la Royal Navy. Après le conflit, il reprend son métier d’assistant et travaille notamment avec Alberto Cavalcanti (“Je suis un Fugitif”), Sidney Gilliat (“Secret d’État”) et surtout Carol Reed (“Première Désillusion”, “Le Troisième Homme”, “Le Banni des Îles”). En 1952, il seconde aussi John Huston sur “African Queen”. C’est la même année qu’il réalise enfin son premier film et devient, en très peu d’années, un cinéaste très prisé par ses compatriotes. Il signe en 1954 une version remarquée de la pièce de J.B. Priestley, “Un Inspecteur Vous Demande”, et un an plus tard un film d’évasion tout aussi célèbre, “Les Indomptables de Colditz”. En 1959, la compagnie Hecht-Hill-Lancaster lui propose de prendre en main la direction de “Au Fil de l’Épée”, une adaptation d’une pièce peu connue de George Bernard Shaw, puis il dirige une célèbre comédie d’espionnage avec James Mason, “Un Brin d’Escroquerie”, qui égratigne allégrement les sacro-saints services secrets britanniques. Après avoir participé à une ambitieuse co-production anglo-italienne sous l’égide de Dino De Laurentiis (“Le Meilleur Ennemi”), il est à l’apogée de sa carrière et fonde la Tricastle Company avec Jules Buck et le comédien Jack Hawkins, dans le but de réaliser un film selon son cœur, “The Party’s Over”, mais ses démêlés avec la censure ruineront ses espoirs.
Pressenti pour tourner «  James Bond contre Dr No » , il devra attendre d'être finalement choisi pour mettre en scène le troisième James Bond avec Sean Connery, “Goldfinger“, tâche dont il s’acquitte avec un savoir-faire qui lui vaudra quelques années plus tard de diriger trois autres films de la série, “Les Diamants sont Éternels”, “Vivre et Laisser Mourir” et “L’Homme au Pistolet d’Or” .
Toujours sous contrat avec Eon – alors que l'association Albert R.Broccoli / Harry Saltzman vit ses derniers jours – il commence ensuite à travailler à la pré-production de ' L' Espion qui m' aimait ' .
Avec des vues bien arrêtées sur le film : « Je souhaitais voir revenir James Bond dans l' univers de la Royal Navy , nous confia-t-il il y a quelques années au Festival de Cannes , le voir à nouveau porter son uniforme de Capitaine de Frégate , etc... » .
Et surtout j’aurais voulu pouvoir montrer un James Bond un tout petit peu plus âgé, plus sage et intelligent aussi, qui se sortirait des pires situations, non pas grâce à un des gadgets de Q, ou avec ses poings , mais seulement grâce à ses méninges !!!

Cubby m’a regardé les yeux ronds et il m’a dit «  mais vous réalisez que ce que vous me proposez là, ça reviendrait tout simplement à tuer la poule aux œufs d’or !!!! ». Je dois dire très honnêtement que, en tant que réalisateur, ça ne m’avait pas effleuré l'esprit , mais c’est vrai que si j’avais été le producteur, j’y aurais certainement aussi réfléchi à deux fois !! ( rires )
  
Hélas , ayant fui alors le fisc Britannique pour s'établir en France , il est impossible au réalisateur de pouvoir séjourner plus qu'une trentaine de jours sur le sol Anglais . Et Cubby , la mort dans l'âme , décide alors de le remplacer par Lewis Gilbert ...
Hors James Bond il a également signé pour Harry Saltzman “Mes Funérailles à Berlin”, seconde aventure de Harry Palmer d’après Len Deighton, et a pris en main le projet le plus ambitieux et le plus coûteux du cinéma anglais, “La Bataille d’Angleterre”.
A nouveau pressenti pour tourner le premier «  Superman » en 1978 , il se désiste en faveur de Richard Donner .Au début des années quatre-vingts, il a eu l’opportunité de réaliser deux films adaptés des œuvres d’Agatha Christie, “Le Miroir se Brisa” et “Meurtre au Soleil”.
Bouclant la boucle il tournera son ultime long-métrage aux Studios de la Victorine à Nice avec une honnête adaptation du roman de James Hadley Chase , " Sauf Votre Respect " ...
Toujours intêressé par les nouvelles aventures de 007 à l'écran, le réalisateur n'était pas tendre avec certains de ses interprètes les plus récents .
J'aime beaucoup Pierce Brosnan en tant qu'acteur . Le problème , c'est qu'il ne fait qu' interpreter James Bond . Il n'est pas le personnage . Toutes ces poses , ses mimiques … C'est très redondant . Et tous ces gadgets et ces décors : on croirait que dorénavant les scripts sont construits autour – alors que c'était l'inverse à mon époque !!!

J'aime beaucoup Goldeneye . Et c'est une très bonne idée que d'avoir confié le rôle de M à Dame Judi Dench – une très grande actrice . Pour moi c'est bien le dernier véritable grand film de la série … "
Malgré quelques déboires, Guy Hamilton a toujours pu s’enorgueillir de grandes réussites commerciales touchant à tous les genres consacrés du cinéma britannique.
Filmographie
1952 The Ringer. L’Assassin a de l’Humour
1953 The Intruder. Le Visiteur Nocturne
1954 An Inspector Calls. Un Inspecteur Vous Demande
1955 The Colditz Story. Les Indomptables de Colditz ou La Grande Évasion
1956 CHARLEY MOON
1957 MANUELA
1959 The Devil’s Disciple. Au Fil de l’Épée - A Touch of Larceny. Un Brin d’Escroquerie
1961 The Best of Enemies. Le Meilleur Ennemi (I Due Nemici)
1963 The Party’s Over - Man in the Middle. L’Affaire Winstone
1964 Goldfinger
1966 Funeral in Berlin. Mes Funérailles à Berlin
1969 The Battle of Britain. La Bataille d’Angleterre
1971 Diamonds are Forever. Les Diamants sont Éternels
1973 Live and Let Die. Vivre et Laisser Mourir
1974 The Man With the Golden Gun. L’Homme au Pistolet d’Or
1978 Force Ten from Navarone. L’Ouragan vient de Navarone
1980 The Mirror Crack’d. Le Miroir se Brisa
1982 Evil Under the Sun. Meurtre au Soleil
1985 Remo Williams: The Adventure Begins... Remo Sans Arme et Dangereux
1989 Try This One for Size. Sauf Votre Respect

vendredi 19 février 2016

Designing 007 / James Bond , l' Exposition arrive à Paris

Gracieusement invité en Février 2015 par le Kunstahl Museum de Rotterdam à découvrir la version Hollandaise de l'exposition-phare de Eon Productions , Designing 007 , créée en 2012 pour servir d'écrin à la série de films consacrés aux aventures du héros de Ian Fleming , j'avais pu déambuler à loisir au milieu des props , décors , costumes et reproductions diverses tirés des vingt-cinq films officiels du Canon ...



En teaser de cette exposition unique au monde - qui arrivera enfin à Paris en avril prochain  , j' en profite pour reproduire ici une partie de la longue interview exclusive que m'avait accordé Peter Lamont il y a quelques années .
Le Chef décorateur qui succéda à l'immense Ken Adam  y revient sur l'ensemble de sa carrière et sa fierté d'avoir pu participer à autant de productions prestigieuses ...
 
Profession : Chef Décorateur
Entretien avec Peter Lamont ( extraits ) © Kevin Collette .

Il y a quelques années , la direction du Festival du Film de Valenciennes m'invita à animer une MasterClass en compagnie de Peter Lamont , décorateur émérite qui travailla sur les productions Eon à partir de 1964 , en gravissant petit à petit les échelons qui , d'assistant de Ken Adam , finit par lui ouvrir les portes du département chargé de la conception des décors sur les James Bond .
Accessoirement , notre homme travailla aussi pour James Cameron, pour qui il recréa les intérieurs d'un paquebot transatlantique mythique dont le voyage inaugural se termina au fond de l'océan …

Comment avez-vous été amener à travailler sur les James Bond ?

Eh bien , j'avais loupé les deux premiers et je suis donc arrivé sur Goldfinger . Le jour même où je débarquais dans les bureaux , Ken Adam ( le chef décorateur du film . NdA ) m'a mis entre les mains un gros paquet de documentation sur Fort Knox – d'où il rentrait de répérages . On a ensuite enchaîné sur Ipcress , Danger Immédiat . Le Bond suivant aurait dû être à l'origine Au Service Secret De Sa Majesté mais , surprise , un matin Ken Adam nous a annoncé qu'il fallait tous nous initier à la plongée sous-marine , car on allait finalement tourner Opération Tonnerre !!!
J'ai donc suivi ses conseils ...Et toute l'équipe est donc partie aux Bahamas . Pour moi , c'était la première fois que je tournais en extérieurs . Ma fonction première là-bas consista à «  habiller » le bombardier Vulcan au fond des mers . Il était prévu au départ que je ne reste sur place que deux semaines au grand maximum … Mais j'y suis finalement demeuré plus de trois mois . C'est une des régles immuables de ce métier : on sait quand on part … Mais on ne sait jamais quand on va revenir !!!

Quels problèmes avez-vous rencontré pour filmer cette gigantesque bataille sous-marine ?

Personnellement , aucun . C'était une question d'organisation , c'est tout . Au fond de l'eau nous devions communiquer par panneaux – c'était bien avant qu'on mette au point les fréquences radio sous-marines - , et à près de 15 mètres de fond , gérer à la fois l'équipe technique et artistique , c'était assez hallucinant malgré tout .
Je me souviens qu'au bout de quelques jours de tournage de cette séquence , le fournisseur de matériel sous-marin vint me trouver l'air désespéré en me confiant «  Peter , on est quasi en rupture de stock pour les masques et les palmes . Il faut faire quelque chose . » . Unique solution : demander à tout le monde de conserver masque et palme par devers soi , et de ne pas les oublier au fond de l'océan à la fin de la journée . On a même du employer à un moment donné trois personnes chargées exclusivement de récupérer tout le matériel abandonné à chaque fin de journée de tournage …

On raconte que Terence Young laissa à Peter Hunt le soin de monter le film quasiment tout seul ( Young étant parti sur la préproduction de son film suivant Opération Opium ) ?

Oui il y a hélas beaucoup de faux raccords dans ce film – notamment à un moment donné la couleur du masque de Bond change entre deux scènes !!!! L'explication est très simple : les scènes sous-marines avaient été mises en boite par la seconde équipe , qui n'était donc pas raccord avec les scènes tournées par Terence …
Même chose pour certains plans où Bond franchit une porte , etc . On n'avait pas le temps d'être raccord sur tout . Le film devait sortir à une date précise et il fallait sacrifier un peu de logique narrative pour pouvoir livrer une histoire qui tienne plus ou moins debout .
Je me souviens aussi d'une autre anecdote savoureuse , concernant cette fois le fameux cigare à oxygène qu'utilise 007 sous l'eau . On a eu un jour la visite d'un officiel de la Navy qui a demandé le plus sérieusement du monde à voir les plans de l'appareil , pour comprendre quelle capacité d'air respirable cet engin pouvait fournir , etc …
Avec un sérieux papal je lui ai répondu «  il permet de rester sous l'eau … Aussi longtemps que vous arriverez à retenir votre souffle ! » . Le type a cru que je me fichais de lui … ( rires ) .

Et après Opération Tonnerre …
Vint On ne vit que deux fois , bien sûr ! Moi je suis sagement resté sur les plateaux des studios de Pinewood , tandis que l'équipe s'envolait pour le Japon . Le décor principal était tellement énorme qu'il nous causa pas mal de problèmes . Il y avait même un micro climat à l'intérieur !!!

Comment vous répartissiez-vous le travail avec Ken Adam ?
Eh bien, c'est lui qui imaginait tous les décors , et il nous donnait ensuite des plans et des esquisses que nous nous efforcions alors de réaliser au plus près de ce qu'il avait envisagé . Je me souviens lui avoir signalé que si on déplaçait un peu les appartements privés de Blofeld – censés se trouver derrière le centre de commandement du Volcan, on pourrait alors bénéficier d'un plus grand angle de focale .
J'ai travaillé avec Ken sur Goldfinger, On ne vit que deux fois , puis sur l'Espion qui m'aimait et Moonraker . Ken est ensuite parti s'installer aux Etats-Unis , et l'on m'a alors nommé nouveau Chef décorateur . Après Moonraker , les budgets avaient été revus à la baisse , et les décors et les gadgets s'en sont immédiatement ressentis .

De quel décor êtes-vous le plus fier ?

Des mines de Zorin pour Dangereusement Votre . Ce décor-là a été érigé juste après l'incendie du 007 stage à l'été 84 . On aurait pu le construire beaucoup plus vite , mais on avait sur le dos un tas d'officiels responsables des questions de sécurité , etc , qui refusaient tout simplement qu'on travaille sur le plateau tant que celui-ci ne serait pas complètement reconstruit . On a utilisé d'autres plateaux extérieurs pour tourner tout ce que l'on pouvait en attendant d'avoir enfin le feu vert . Et on a même réussi à terminer nos prises de vue avec près d'une semaine sur le planning prévu .
Je suis également plutot content du décor des bains chinois pour ce même film .
Un truc tout simple , réalisé avec des paravents et un beau sol – facile à éclairer . Simple et efficace , quoi .

 James Bond - L ' Exposition 
 www.jamesbond007-exposition-paris.fr
 À partir du 16 avril, la Grande Halle de la Villette accueille James Bond 007,  l'exposition.
 50 ans de style Bond réunissant plus de 500 objets originaux permettant une immersion dans l'univers esthétique de l'espion le plus célèbre du monde.













jeudi 24 septembre 2015


En 1954 , Ian Fleming a déjà tout réussi . Il a vendu les droits de son premier roman, Casino Royale , à la télé US , il pense trouver sans problèmes une Major Américaine pour porter au Cinéma son futur script de ' James Bond of The Secret Service ' ( avec – soyons fou  - Richard Burton dans le rôle de James Bond ! ) , et il est sous contrat pour rédiger pour CBS une série de scripts pour une nouvelle série télé intitulée ' Commander Jamaica ' ( et plus ou moins directement inspirée des aventures d'un certain agent secret Britannique ) .
Tout va pour le mieux , donc .

Sauf que …
Le téléfilm adapté de Casino Royale ( et casé dans la série anthologique ' Climax ' sans autre forme de promotion ) fait un bide total et recueille un taux d'audience misérable .
Personne ne se porte acquéreur à Hollywood du mirifique script de ' James Bond of the Secret Service ' .
Et la série télé promise par un producteur indépendant se casse la figure et ne verra jamais le jour …

D'autres que Fleming aurait baissé les bras . Lui prend la chose avec philosophie et se remet devant sa machine à écrire pour concocter un nouveau roman : ce sera l'extraordinaire Bons Baisers de Russie

Et que deviennent donc les fameux scripts rédigés pour ce projet de série-télé ? L'astucieux Fleming en recyclera quelques uns sous forme de longues nouvelles pour son futur recueil ' For Your Eyes Only '
 
Quelques uns … Mais pas tous !
La Ian Fleming Publication , détentrice tutélaire des œuvres de l'écrivain depuis sa mort prématurée en 1964 , décida donc l'année dernière de fouiner un peu dans les paperasses de l'écrivain .
On ne sait jamais , outre le jamais achevé Per Fine Ounce ( initié par un autre écrivain , Geoffrey Jenkins , ami fidèle de Fleming ) ou la correspondance privée du Maître avec ses amis ( à paraître le mois prochain sous le titre ronflant de ' The Man with the Golden Typewriter ' chez Blomsbury ) , peut-être y-aurait-il encore matière à publication d'un inédit ?

Bingo , on dépoussière vite fait l'un des fameux scripts restés lettre morte . Intitulé ' Murder on Wheels ' ( ' Meurtre au volant ' ) , il plonge 007 dans un milieu qui n'est pas vraiment le sien : celui des courses automobiles des années cinquante , au milieu des Fangio et autres Stirling Moss ( dont Bond doit d'ailleurs prendre la place dans cette histoire hors norme ) . Mais le texte est bcp trop court …
Que faire ?

Enter Anthony Horowitz , fils spirituel de Fleming ( sans le savoir ) et créateur des aventures d'un certain Alex Ryder – que l'on pourrait aisèment surnommer ' James Bond Junior ' .
Outre ses qualités intrinsèques d'écrivain, Mr Horowitz est un pasticheur-née : il s'est déjà emparé du héros de Sir Arthur Conan Doyle pour lui faire vivre de nouvelles aventures effrénées - lesquelles ont rencontré un beau succès littéraire .

Ni une , ni deux : Corinne Turner ( Big boss des Ian Fleming Publications ) se met sur son trente-et-un et propose à l'écrivain de se lancer à son tour dans l'enivrante aventure dite de ' la Continuation novel ' .
Soit , en bon Français , «  faire du Fleming à la place de Fleming »

Avantage certain par rapport à la floppée d'auteurs connus qui l'ont précédé ( de Raymond Benson à John Gardner , en passant par Kingsley Amis ou William Boyd ) , Horowitz disposera lui de ce fameux script inédit comme point de départ .
A lui ensuite de l'intégrer dans une intrigue d'un roman de plus de 300 pages … Ce qui n'est pas une mince affaire !

Soyons honnête : depuis la dernière aventure rédigée sous la plume de l'écrivain américain Raymond Benson, tous ces successeurs – aussi célèbres soient-ils – s'étaient cassés les dents en essayant de copier/coller la prose de Ian Lancaster Fleming .

Chez Horowitz , elle semble au contraire couler de source – et bien malin qui pourra déceler – outre la séquence de la fameuse course automobile – où commence ( et où finit ) les autres emprunts inédits rédigés de la plume même du créateur de 007 !!!!!

Bref , ce Trigger Mortis ( jeu de mots bien digne du père de Pussy Galore ou d' Octopussy ) est une réussite complète – ENFIN digne des récits originaux imaginés par Ian Fleming dans les années cinquante …

S'il vous plaît , Madame Corinne Turner , ne laissez pas s'enfuir Mr Horowitz et faites-lui un pont d'or pour qu'il nous concocte d'autres romans tout aussi bien troussés !!!

samedi 8 août 2015

Growing up with James Bond ...


( Warning : this is a semi autobiographical piece , where the writer fondly looks back at some of his 007 related memories ) . Kind of trip to Nostalgia lane .

I discovered James Bond at Christmas 1971 in Paris . The film was , of course , Les Diamants Sont Eternels ( D.A.F ) .
And to an 8 years old kid , this was a universe quite different from the usual Disney pictures my parents usually took me to see at the cinema .
A couple of days later , I managed to cajole my godfather to buy me two Corgis models issued from the movie , the awesome Moonbuggy – which I still have and still functionning – and the Aston Martin DB5 ( which , unfortunately , has suffered much more from being too often played with … ) .

Anyway , two years later Lord Brett Sinclair suddenly became James Bond .
I was then much more aware of the ongoing saga .
And started to read the original Fleming novels . The French movie tie-in edition of ' Vivre et Laisser Mourir ' had the superb Robert McGinnis film poster on its cover - which was the main reason why I bought the book ( to be dreadfully honest , I was disgusted not to find ANY direct relation with the movie bearing the same title , apart from some character's names . That was my first lesson in movie making : never trust a film poster claiming story is inspired by a precise book ! ) .

My interest in Bond then took two directions . First , following all the news appearing in magazines related to the shooting / release of a new movie and second , discovering all the original novels written by Ian Fleming ( and then trying to imagine what could have been done with a completely faifhfull adaptation of any of his novellist work . ) .

As fate would have it , I was then living in the small town of Vence , nearby Nice , on the French Riviera .
And the then current actor portraying 007 on the screen at that time ( the ever amiable Sir Roger Moore ) had a villa less than 15kms from my own home . Little did I knew then ( damnit ) .

When I decided to publish my very first own movie Fanzine in 80', it was then natural to have 007 on the cover of the very first issue . The Curse of Journalism had made another victim .
I then followed a Journalistic Course at la Sorbonne – and finally obtained a Master in Journalism & Communication in 90' .
A decision which was ( in all modestly ) largely inspired to try to follow Ian Fleming footsteps .
I figured out that his life as a Globe-trotter was one which could be rather interesting , visiting new countries , making friends everywhere , acting like an irresitible playboy , being his own Boss . That sort of things .
Hell yeah , Journalism was some kind of dream job indeed .

I had started writing film reviews by then , attending Press screenings , meeting actors & directors for promo interviews , etc, etc .
But always a Bond fan, I was still a member of several 007 Fan-Clubs around the world – best of them being without doubt the James Bond ( British ) Fan-Club .
Under the formidable input of its Président , members had the chance to visit the mythical Pinewood Studios , attend conferences with cast & crew from the movies , etc.,etc …

I even used one of those Convention ' open day ' in october 92 to film part of my first James Bond TV documentary there , ' Les 30 Ans de James Bond ' ( who knows , it may be on YouTube these days ) . I was still a trainee in the SFP ( French national TV Production company ) then, and managed to convince them to let me film there a 30 minutes doc – which was produced by Canal + Philippe Gildas company .
Oh and I got to interview Terence Young himself – in one of his very last TV appearances – for that documentary too ...

Over the years , I met many people in the movie business  , made a few friends too and continue to closely follow each new James Bond adventures ( be it on celluloïd or paper form ) .

I interviewed many of the key production members too ( Cubby Broccoli , Michael G.Wilson ,Guy Hamilton, etc. ) , and have always been impressed by their own modesty .

My interest never weakened through the years .
For me , quite simply , the Bond productions were – ARE – what Europe can offer as Best in terms of movie production and artistic value .
Their creative teams are truly international , their casts dazzle for each new movie . They trust the very same persons to work with them from film to film .
There's definitly some kind of ' Family business ' warm feeling when you have the chance to be introduced into the Eon house …

So I've ' grown up with James Bond ' - sort of .
And have been lucky enough to earn my living doing a job which was directly inspired by the very creator of agent 007 ( I often wonder what Fleming would have thought of our current ' Media frenzy ' times , though … )

And I'm not the only one , far from it .
Many current film directors have been inspired by the Bond saga .
Some famous prolific 007 screenwriters have also started their litterary career producing some James Bond inspired fanzine in their teens …
I was having lunch the other day in Paris with a friend who had been lucky enough to be picked up as Spectre Stunt arranger in the upcoming movie .
We're roughly about the same age .
First unit Shooting had finished some weeks ago , but he still had that broad grin when talking about the movie , and still did not quite realized he is now part of the Bond family . It was a dream come true ( his words ) … Lucky guy .

Maybe one day , they'll need a French writer to join their ranks ?
I should send pronto boxes of Chocolate to Barbara & Michael ...

Et merci à Harry , Cubby , Barbara , Michael et Ian Lancaster Fleming of course

mardi 4 août 2015


A ( new ) Journey to Blofeld's hideaway ...


Paris to the Schilthorn , Friday , July the 31 .

As I'm about to embark to my 6 hours journey via trains to reach Interlaken , I reflected that some films – like wines – never age . Or rather age rather well .
That's precisely the case of the 6th instalment of the Eon produced James Bond film series .
One of the most faithfull entry to any of the adaptations of  Fleming's oeuvre since 1962 ...
One starring a completely unknown ( supposedly ) actor …
One the media always considered as some sort of ' semi failure ' ( which it is definitly not – not even financially speaking ) .
And one I was fortunate enough to still discover in a glorious 35mm print in Paris in 1980 , in a Cinema which was soon to be disbanded ( as I quickly befriended its owner , I got the chance to get my hands on all the Promo material of the movies shown there … )

Anyway , back to Switzerland .
Finally arriving at Interlaken West ( there are two stations in town . I took the wrong one last time , two years ago , but wouldn't do the same mistake twice ! ) , I was welcome at the Carlton Europa Hotel by its friendly manager who had casually a … Suite reserved for me !
I cannot thank enough the generosity ( and superb services ) offered by the whole staff & its Director .

It was then around 3 :00 PM and I was expected at 4 at the Cable Car station of Stechelberg , to then reach Murren, get another one to Berg – and finally reaching the Schilthorn – Piz Gloria .
True to my unique sense of orientation , I straightfully … Missed the first Cable-Car station , and had to take a Mountain train to eventually reach Murren .
Where I had the good fortune to stumble on a BBC TV crew , chaperonned by a delightful lady from a UK based Public relation agency .
They were on their way to Piz Gloria to film a short subject on writer Mark Mason and his ' The Bluffer's Guide to Bond ' book .
We started chatting like a bunch of mad school boys at once , and I got my moment of fame when revealing official Continuation writer Raymond Benson had turned me into a Fiction character in his own 007 novel ' Never Dream of Dying '



About three ( or four ) pints later , we finally decided to try to catch the cable-car to Berg and enjoy the upcoming Party .

We arrived just in time at the Schilthorn to attend good ole' George Lazenby's  Chopper touch-down in front of frenzied cameramen & journalists ...
Funny thing when you do attend a James Bond event these days – be it ANYWHERE in the world , you invariably stumble on some friendly faces .

That was the case with me being spotted at once by French Club James Bond President ( and friend ) Luc Leclech , who amiably told me Miss Catherine Schell was in attendance , and nicely offered to introduce me to the lady .
I was thrilled .
Not only did I rightly remember her as one of Blofeld's Angel of Death , but first – and foremost – as the shape-shifter alien Maya in the second season of ' Space 1999 ' .
 
Miss Schell wasn't obviously expecting such fervor amongst dozens of fans amassed to greet her , and she signed autographs to any lucky person bold enough to ask her one . 
I had then the privilege to interview her ( in the Piz Gloria souvenir shop – a deadly place for any OHMSS fan ) , and learnt quite a few interesting titbits regarding her films & Tv career .
We could have kept on talking for the rest of the night , if she hadn't been amiably called back to perform her Bond duties during the evening …

We then proceeded to discover the new attraction, the 007 Walk of fame , consisting of a little ' promenade ' on the mountain , admiring various spots where erected panels inform the valiant tourist of various biographical details regarding some of the OHMSS cast & crew members ...

Dinner time approaching , everybody tried to find his reserved seat .
M. Christoph Egger ( whom I profoundly thank for inviting me ) had only given me a mysterious number ( «  46 » , not even close to Maxell Smart's one !   ) earlier in the day , and it was then up to the lucky winner to find the matching table .

Fortunately for me , my Dining companions were all very nice people ( Morten Steingrimsen , Sebastien Coquelle , Michael Hackl ( 007 Collector ) , etc. , etc … Apologies for all the persons I may have omitted to quote here .

Dinner was fine , ponctuated by laughters here and there .
A drawn-out competition was even provided to us die hard 007 nuts ( To my amazement , I received back in Paris an email informing me I had indeed … Won a Prize . A ParaGliding experience . Some people are clearly doing their best trying to kill me in a most imaginative way there … ) .

Between la poire et le Fromage , as we said in French , we were then treated to a formidable Firework ( the following day being a National historical Day in Switzerland - their own 4th of July if you want , I suspect the Schilthorn organizers to have use the date accordingly ) - which superbly closed that once-in-a-lifetime day .

( Well, some distinguised guests decided to stay a bit longer – as there was even some Baccarat tables provided ) – but , being stationned at Interlaken, roughly 20 kms from Murren, I considered myself fortunate enough to be ' carried away ' by two amiable fellow countrymen who had their own car , and kindly whisked me back to my hotel and my Suite ...


The author would like to thank the Paris Swiss Tourism office for its useful advices .

 M. Christoph Egger – CEO of the Schiltorn
 The Carlton Europa staff and manager
 Miss Jane Parritt from the MediaContacts Public Relation agency .
 M. Mark Mason and his wicked sense of humour
 M. Wolfgang Thürauf & The Deutsche JB fan Club